Les 4 vérités - vendredi 30 mai

Publié le par laurent cabrol

Commenter cet article

Yannick Pinel 25/09/2008 00:47

Bonjour monsieur Cabrol
J’ai lu votre livre, et comme vous je suis persuadé que notre terre subit des variations climatiques plus ou moins cycliques, causées par différents phénomènes naturels depuis des millions d’années.
Il faut accepter les évolutions et transformations de notre terre car elle est toujours en mouvement, elle vit, elle se modifie.
La « pollution », bien entendu  doit être combattue pour notre santé, les économies d’énergie doivent nous permettre de limiter notre perte de pouvoir d’achat, mais pour ce qui est  des variations  de climats, la terre continuera  ses changements climatiques sans que l’homme puisse agir en aucune manière.
Je suis de tout cœur avec vous.
yannick

martin kelenborn 13/08/2008 21:18

Mille fois merci mr Cabroml vous qui avez cette chance de pouvoir vous exprimer quand le citoyen lambda est prisonnier derrière les murs de la pen,sée uniqueJe vous envoie ce texte que je compte en même temps envoyez à SKYFAL que je recommande à tousJe n'ai pas pour ma part, de formation scientifique, et j'ai parfois quelques difficultés à surfer sur les explications données quant bien même l'effort pédagogique est particulièrement remarquable (je salue notamment le site « pensée unique » sur ce point).
Cependant, je suis convaincu, depuis de nombreuses années, que les thèses attribuant le réchauffement aux activités humaines relèvent de l'escroquerie, tout simplement en faisant un parallèle avec le passé et en apportant l'éclairage de ce que l'on appelle les sciences humaines.
D'abord les Malthusiens n'en sont pas à leur coup d'essai: dans une période récente, les thèses du Club de Rome ont fait long feu, sans doute à cause de la crise qui nous a offert la croissance zéro sur un plateau et qui nous a fait regretter les Trente glorieuses. Dans ce contexte où les mêmes ânes devenus aujourd'hui réchauffistes déclaraient tout aussi péremptoirement que l'on allait vers un refroidissement, on peut imaginer que le bouclage entre décroissance et refroidissement était conceptuellement plus difficile à monter.
Il n'en va plus de même dans les années 90, quand nos escrocs patentés changent de fond de commerce et nous proposent la religion écologique fort bien décrite par John Brignell.
Quelques années après la mort de Dieu, on peut ainsi trouver un successeur au Christianisme agonisant et le tout puissant ressuscite dans la soutane de Gaia.
Surtout le caractère totalitaire de la pensée verte et ce qui se passe actuellement peuvent cependant être utilement rapprochés de ce qui s'est passé pendant la période stalinienne. Je m'explique:
1.Nous avons alors un système de pensée qui ne supporte pas la contradiction. Outre le Goulag de l'infortuné Soljenitsyne dont certains khmers verts se verraient bien créer quelques succursales sous nos cieux afin de rééduquer les négationnistes le système est fondé sur un manichéisme absolu qui culmine dans la distinction faite entre les sciences bourgeoises et les sciences prolétariennes.Il n'y a donc aucune volonté d'écoute et celui qui n'adhère pas à la pensée officielle est un traître et un suppôt du capitalisme comme au temps de l'inquisition, il y avait des suppôts de Satan. Il suffit de relire les minutes des grands procès staliniens et notamment les propos du procureur Vychinski: Boukharine, Toukatchevsky et comparses ne sont pas seulement des traitres mais aussi des vipères lubriques et des hyènes puantes,Le vocabulaire vert est moins folklorique mais on y retrouve le même manichéisme et les mêmes excommunications.De la même manière que ceux qui doutent de la science marxiste léniniste sont des traîtres bons pour le poteau d'exécution, ceux qui doutent de la fiente verte sont des négationnistes que l'on doit interdire de parole et traîner devant les tribunaux Nous sommes dans un système de pensée unique où le doute sur la Foi est voué aux flammes de l'Enfer,
2 Nous avons un système d'analyse qui ne recule devant aucune escroquerie, Ce que Brignell appelle l'effet de cliquet (on prend les chiffres qui vous arrangent) était systématiquement utilisé dans la prose stalinienne. Le manuel d'économie politique de l'Académie de Moscou, écrit au temps fort du Stalinisme est un chef d’œuvre du genre. En manipulant les chiffres on démontre que la crise de 1929 est la phase terminale du capitalisme et bien sur qu'il y a eu paupérisation croissante du prolétariat et ce alors même que les travailleurs de chez Ford achètent des automobiles. Pour autant cette hérésie statistique et économique consistant à extrapoler la tendance 1929-1932 pour en tirer la conclusion que le capitalisme agonise ( Marx sortait les mêmes âneries à chaque crise cyclique) trouve aujourd'hui des émules promptes à voir sur cinq années la preuve évidente du réchauffement mais évitant de se demander pourquoi il faisait plus chaud au Moyen age.
3,Mais l'organisation du mensonge à échelle industrielle ne peut prospérer sans d'évidentes complicités. Elles sont de deux ordres:
D'abord ceux que Staline appelait les « idiots utiles » et dans lesquels on devrait reconnaître, sans trop avoir à forcer son talent, quelques trolls réchauffistes qui viennent braire sur Alerte environnement ou Skyfal. A l'époque de Staline, c'est l'appel de Stockholm et le mouvement de la Paix auquel adhérera entre autres Montand dont chacun a pu mesurer la finesse des analyses, Plus tard ce seront les hordes pacifistes allemandes proclamant «  plutôt rouge que mort ».Mitterrand déclare alors que pourtant les pacifistes sont à l'ouest et les missiles à l'est!
Aujourd'hui, ce sont des groupes d'individus, faucheurs d'OGM manipulés par Bové ou crétins anti-EPR , adeptes d'un Eole Parc, en même temps qu'ils vont aux manifestations en voiture laquelle voiture est quand même garée près de la citerne à fuel et du congélateur!- pardon erreur sociologique, ces gens la ne peinent pas à payer leur maison construite dans un lotissement, ils sont bobos dans les centre villes!
Mais il y a aussi et surtout la complicité des grands pouvoirs, politiques et médiatiques. On oublie souvent que si la droite condamne l'URSS ou la Chine de Mao au nom de la défense des libertés, il ne se trouve personne pour douter, en revanche , de la réussite économique des modèles économiques et chinois. Pompidou lui même a des déclarations étonnantes sur l'URSS que Marchais retournera à un de ses contradicteurs lors d'un face à face télévisé. N'oublions pas la fascination de Peyrefitte pour la Chine. Jusqu'aux années 80 , les manuels d'Histoire et de Géographie utilisés dans les lycées reprennent sans tiquer les statistiques économiques fournies par Moscou et réestampillées par l'ONU . Pourtant, des cette période , il suffisait de mettre bout à bout les taux de croissance annoncées pour se rendre compte que l'URSS aurait du rattraper les USA depuis belle lurette et que tout cela relevait de l'escroquerie. Mais hier comme aujourd'hui, Chappe de plomb de la part des media.
Il n'est nul besoin de s'appesantir sur le rapprochement avec ce que nous vivons: UMP et PS déroulant le tapis rouge sous les pieds de Hulot, achat des droits du film d'Al Gore ( sans même les corrections apportées par la justice britannique), colonisation de la commission européenne par les organisations vertes...) Et, bien sur , silence radio des media , le Monde (on devrait dire l'imMonde) en tête, pour ne pas troubler les week end de Hulot en Corse et ne pas faire de peine à NKM! Qui plus est, le journal dit de référence ( Beuve Mery doit se retourner dans sa tombe)a désormais une rubrique intitulée "sciences -environnement" ce qui revient à dire que les délires verbaux du moindre barbu vert sont à placer sur le même plan que la théorie de la relativité d'Einstein!
 
4.Enfin dernier point que John Brignell a raison de souligner: pas de pitié pour les apostats.
Qu'on ne se fasse aucune illusion: pendant la seconde guerre mondiale il y a eu plus de Papons que de Schindler ou de Wallenberg.
En ce qui concerne le Stalinisme, des gens savaient mais se sont tus: par peur ou par intérêt quand ils étaient de l'autre côté du rideau: (dénoncer le système revenait au suicide); par intérêt quand ils étaient à l'ouest.Quelques rares l'ont fait et le résultat fut un verdict de mort intellectuelle.Quand Gide décrivit ce qu'il avait vu en URSS , la condamnation et les sarcasmes, la censure ne vint pas seulement du parti communiste...
Même chose aujourd'hui: un des dirigeants de Greenpeace , Bjorn Lomborg en a -t-il assez de la manipulation des statistiques opérées par les verts et leurs organisations , que l'on demande sa peau , en pratique sa chaire à l'université. J'ai du personnellement acheter son livre au Canada via internet car, assez curieusement, l'ouvrage, pourtant épuisé n'était pas réédité.Il n'est pas un cas isolé: Allègre a , lui aussi été traîné dans la boue par des media roquets, chiens de garde de l'ordre vert en marche!
On peut évidemment être optimiste et se dire que comme ce fut le cas pour le communisme , la Chappe de plomb finira par se fissurer. Malheureusement les exemples sont aussi nombreux où la voix de la raison n'a pas été entendue à temps. La manière dont un certain capitalisme (dont Al Gore est un exemple caricatural)semble s'accommoder de la guerre faite au carbone, la totale schizophrénie de la gauche qui ne se rend pas compte du caractère parfaitement contradictoire de la défense des travailleurs et des défavorisés avec le paradigme vert sont porteurs des plus grandes inquiétudes.

jean michel 07/08/2008 14:59

 
« L’honnête homme » que je suis tente de se faire une « juste opinion » de la réalité du monde. C’est mon droit et mon devoir. Ma seule spécialité est d’être Monsieur tout le monde, qui tente d’appréhender la connaissance en saisissant des bribes d’informations par ci par là.
             J’ai lu votre livre que je trouve pertinent, à moi maintenant de me faire une opinion entre vos dires et ceux de vos détracteurs.
 
            J’aime bien votre démarche :
 
En introduction,  vous faites votre Mea culpa. Devant les tempêtes de 1999 et le constat qui en a été tiré, vous : «  emboîtez le pas, j’ai suivi, parfois précédé le mouvement. » Comme Claude Allègre au conseil des ministres : «  la Terre se réchauffe et nous en sommes la cause ». Première réaction devant l’inattendu, l’improbable, la stupéfaction, bien compréhensible par « l’honnête homme »  que je suis. Et puis, et puis le temps de la réflexion vient, et quelle réflexion : «  Et oui nous sommes membre de la nature, notre action est aussi naturelle que l’est par exemple l’action du  castor construisant son logis sur une rivière, il pourrait se dire : quel est l’impact de ma façon de vivre sur le cours de la rivière, sur le cycle de l’eau donc sur le dérèglement climatique ? » Non là j’exagère, je plaisante, vous n’avez pas dit cela.
 
Enfin votre  conclusion, je n’y vois aucun ostracisme, aucune diffamation, au contraire vous tendez des perches: « les thèses des partisans du réchauffement anthropique sont étayées, argumentées mais reposent encore sur des études trop fragile. » Vous applaudissez même devant certaines mesures, à condition qu’elles soient énoncées pour les bonnes raisons, enfin vous approuvez l’option nucléaire.
 
Comment croire que les héritiers de Prométhée, au moment où ils réalisent leur rêve, vont s’arrêter,  ne plus évoluer dans la connaissance et la maîtrise de l’énergie ?
 
Ce rêve venu de l’inconscient de notre humaine animalité  commencé il y a des milliers d’années quand un de nos ancêtre a vaincu sa peur instinctive du feu en s’emparant d’une branche enflammée, se poursuit aujourd’hui par nos légitimes interrogations.
Deux théories s’affrontent : La première préconise l’utilisation de l’énergie solaire renouvelable. La deuxième œuvre pour une meilleure connaissance et une maîtrise des techniques qui nous permettraient, avec la fusion  nucléaire, de fabriquer cette énergie.
 
Ne pensons nous pas être au milieu du gué ? L’univers vieux de 13 à 15 milliards d’années, nous dit-on, doit évoluer encore autant, sinon plus, le soleil a plus de 5 milliards d’années pour brûler son carburant, notre bonne vieille terre a donc autant de temps pour exister. Dans l’évolution l’homme apparaît il y a peu.
 
Ne pensons nous pas que l’univers évolue sans cesse, emporté par ce maelström universel un même lieu de l’espace est-il visité une seconde fois, comme seul le mythe de l’éternel retour nous le fait croire ? Que savons nous de ce système qui avec nous ou plutôt à travers nous réfléchit sur lui-même ? L’humaine humanité n’émerge t’elle pas  par la connaissance, l’interrogation, le doute, le partage, le don, le respect de l’autre, la fin de l’anthropocentrisme ?

Maryse 01/08/2008 20:41

Merci pour votre livre. Nous pouvons certainement être en faveur de la protection de l'environnement sans pour autant sombrer dans le discours apocalyptique et fataliste de tous ces fanatiques que l'on retrouve dans les médias. Si la science est maintenant une religion, alors je décroche completement. Critiquer la thèse de fin du monde ne signifie pas automatiquement que l'on souhaite continuer de consommer sans être soucieux des prochaines générations.

Jean pascal SERRE 01/08/2008 10:08

Bjr Mr CABROL, j'ai eu l'immense plaisir de lire votre livre, qui soulève les vrais questions auxquelles peu de scientifiques, jusqu'àlors se sont penchés, peut être pour des raisons de lobbying, comme celles que l'on a pu rencontrer, lors du trou dans la couche d'ozone..... Un éminent spécialiste de la question (ingénieur en froid industriel), professeur émérite dans une tres grande école française a d'ailleurs collaboré à la réalisation d'un livre, intitulé "un trou pour rien". Ce trou monté de toutes pièces par le leader mondial bien connu, producteur des fluides frigorigènes, qui voyant sa concession exclusive (20 ans pour les brevets) devenir caduque, a cherché une nouvelle niche économique, qu'il avait soigneusement préparée.Je suis ingénieur en énergétique (ingénieur du CNAM, ingénieur européen de surcroit) et il est temps que la vérité fasse surfaceet ne soit pas escamoté pour le seul profit de certains.Mais revenons à votre livre que j'ai lu d'un seul jet pendant mes vacances et qui met le doigt sur ce qui fait mal à tous les esprits  inventifs retords de notre pays et d'ailleurs.En ce qui concerne l'effet de serre tout d'abord, je peux proposer de vous fournir l'explication thermodynamique du phénomène. j'ai bien d'autres explications tout aussi scientifiques à vous proposer sur les autres points abordés dans votre livre.Tel que la non prise en compte des rejets de CO2 par les habitants de cette planète et par extension, par tous les êtres vivants respirants.....faites le calcul, celui_ci est astrnomique:6 Md d'humains + 2 Md d'êtres vivants (animaux) représente une quantité importante de rejet de CO2.Pour vous en convaincre : un être humain rejette environ 20litres de CO2/heure, soit près de 500 litres / jour, soit 3000 Md de litres de CO2 / jour. Bref on pourrait comptabiliser cela et curieusement, personne n'a abordé ce sujet, POURQUOI?Il est préférable en effet de montrer du doigt l'individu pollueur de la planète pour pouvoir le taxer le plus libéralement du monde.Je ne vous l'ai peut être pas dit mais je suis également expert privé et judiciaire. Dans ce contexte, j'ai pu observer des pratiques peu orthodoxes également.Une nouvelle niche est née "Le réchauffement climatique"Des esprits tortueux, à la solde de je ne sais qui, scientifiques parfois, ont monté ce nouveau subterfuge pour le bien de leur porte monnaies. A qui profite "le crime". C'est la question que je me pose systématiquement lorsque j'aborde une expertise et croyez moi, c'est un immense plaisir que d'arriver à voir clair dans le jeu de certains et à le mettre au grand jour pour le destabiliser.......C'est devenu pour moi un jeu que d'éclaircir comme cela m'est demandé du reste dans mes missions d'expertises......Enfin je viens de créer 2 entreprises, toutes 2 consécutives au dépôt d'un brevet d'application. Que de difficulté pour obtenir quelque chose dans notre beau pays.J'espère ne pas avoir été trop long, et il me serait agréable de répondre à vos éventuelles interrogations.Bien cordialementJean PascalPS :Par ailleurs, je tenais à souligner la chose suivante, l'auteur N°13, que je qualifierais d'impertinents, devrait essayer de se renseigner plus avant ou si celui-ci n'a pas la matière grise adéquate de reprendre quelques cours, qui à mon sens pourrait lui être profitable à plus d'un titre..